Soi-esprit.info

Site dédié à la Science de l'Esprit de Rudolf Steiner

Questionnements, essais et considérations portant sur divers aspects liés à la science de l'esprit (science initiatique moderne) de Rudolf Steiner

Citation
  • « (…) tout ce qui d'asservissement des pensées, de domination des pensées d'un individu par un autre, nous vient d'époques antérieures — où cela était justifié —, tout cela doit disparaître de l'univers avec la montée de la socialisation. C'est pourquoi, à l'avenir, la liberté dans la vie culturelle devra trouver sa place à côté de l'organisation des rapports économiques. Seule cette liberté dans la vie de l'esprit nous donne la possibilité, lors de toute relation humaine, de voir en l'autre l'individu qui se tient devant nous et non l'être humain en général. Un programme tel que celui de Woodrow Wilson parle de l'être humain en général, mais celui-ci, cet être humain abstrait, n'existe pas. Seul existe l'être humain particulier, l'individu. (…). L'essentiel est que, à l'avenir, l'absolue liberté de pensée s'ajoute à la socialisation, celle-ci étant impensable sans celle-là. Par conséquent, la socialisation devra être liée à l'élimination de tout asservissement de la pensée, que celui-ci soit entretenu par certaines sociétés anglophones que j'ai suffisamment caractérisées, ou par le catholicisme romain. Car ces deux mouvements se valent, et il est extrêmement important de comprendre leur intime parenté ».

    Dornach, 6 décembre 1918 – GA186

    Rudolf Steiner

 

 Original rogne 2mx2m siteweb

 

Le Temps des Civiliens - Vidéos de toutes les rencontres civiliennes

Pour trouver ensemble des métamorphoses sociales et sociétales post-crise, pensons et imaginons le monde autrement dès maintenant, allons au-delà du concept de Citoyen, devenons des Civiliens! Sur cette chaine Youtube, vous pourrez visionner toutes les vidéos des rencontres civiliennes, qui sont organisées régulièrement en vidéo conférence. Toutes les informations sont accessibles sur le site www.civiliens.info ycompris des versions "audio" téléchargeables des rencontres sur la page podcast : https://www.civiliens.info/podcast
 

17ème rencontre - Travail, capital et retraites

22.06.2022
DE QUOI PARLERONS-NOUS ? #retraites #bénéfices Avec les conceptions traditionnelles des charges sociales, il sera toujours impossible de trouver une solution à la question des retraites. Aucune réforme ne pourra donner satisfaction. Car le nombre de retraités augmente et les progrès technologiques à venir feront baisser le nombre de cotisants. Augmenter l’âge de départ à la retraite se révèlera comme un leurre. ​ Il devient donc nécessaire d’aborder les charges sociales et les retraites d’une façon qui corresponde aux besoins des retraités, d’une part, à la vie économique, d’autre part. Ceci impliquera une conception entièrement différente du capital et de la répartition des bénéfices. Nous en avons déjà présenté certains aspects lors de la Rencontre Civilienne 8. Nous irons plus loin dans la présente Rencontre. Nous verrons que, dans une économie saine, un déficit des caisses de retraites est impossible. Si c’est le cas aujourd’hui, nous devons remettre en cause la conception habituelle de toutes les cotisations sociales.

16ème rencontre - Travail et économie

20.03.2022
DE QUOI PARLERONS-NOUS ? #économiemarchande #économienonmarchande #travail #économie Pour cette deuxième partie du thème Le travail n’est pas une marchandise, nous aurons besoin de clarifier à quel moment un travail pénètre dans l’économie ; ce qui revient à préciser la notion d’économie et celle de valeur économique. Beaucoup de gens pensent que toute activité est un travail, notamment celle du retraité, qu’il s’occupe de son jardin, qu’il garde ses petits-enfants, ou encore qu’il soit actif bénévolement dans une association. Certes ces activités ont une grande valeur et sur plusieurs plans. Pourtant cela n’en fait pas des valeurs de productions économiques. La précision que nous allons proposer dans ce domaine nous permettra de saisir, de façon vivante, tout le spectre des métiers, depuis le secteur primaire (par exemple, l’agriculture) jusqu’au secteur tertiaire (c’est-à-dire : les services), avec, entre les deux, toute la production artisanale et industrielle qui constitue le secteur secondaire. Nous verrons alors beaucoup mieux les différentes façons d’ajouter de la valeur économique, selon le secteur dans lequel on est actif et l’endroit où l’on se situe dans le spectre des métiers. Dans tous les cas, le travail est le facteur déterminant. Sur cette base, il deviendra plus facile de situer l’économie marchande et la non-marchande. Sur ce point, le manque de clarté qui règne, dans les théories économiques, est la plus grande cause du déséquilibre maladif que nous rencontrons dans la sphère du travail. C’est, notamment, toute la question du chômage qui serait résolue autrement si nous clarifions ces notions fondamentales. Il est indispensable à une santé de l’économie de donner sa juste place à l’économie non-marchande. C’est ce que nous voulons faire au cours de cette 16ème Rencontre civilienne.

15ème rencontre - Le travail et l'être humain

12.03.2022
DE QUOI PARLERONS-NOUS ? #travail #économie #droitautravail #devoir Le travail est un thème qui présente de multiples facettes. Il nous faudra plusieurs Rencontres Civiliennes pour présenter l’approche que nous proposons et qui va nous conduire à une vision très différente du rôle de l’activité professionnelle, dans l’économie comme dans la vie de chacun, de la retraite et de la rémunération. Ce dernier domaine sera abordé à la fin de cette série de Rencontres, car il nécessite d’avoir clarifié tous les autres aspects avant d’envisager un nouveau modèle qui révolutionnera notre lien au travail et à l’argent. Lors de la 15ème Rencontre Civilienne, nous allons donner toute sa dimension humaine au travail. Nous commencerons par nous demander : « Pour qui est-ce que je travaille ? ». Cette question anodine nous conduira beaucoup plus loin qu’il n’y paraît, au premier abord. Elle nous fera voir à quel point nous nous sommes éloignés de l’humain en parlant du marché du travail, c’est-à-dire en faisant entrer celui-ci dans la sphère de l’économie. Or, aussi étonnant que cela puisse paraitre, le travail ne fait pas partie de l’économie, sinon il devient une marchandise. Sur cette base, nous pourrons aborder deux autres questions essentielles: • Peut-on parler d’un droit au travail ? • Doit-on alors envisager un devoir de travail ? Le chaos économique et humain dans lequel nous sommes provient du fait que ces éléments ne sont pas clarifiés au préalable et que l’on passe directement aux conditions de travail et de salaires, avec un état d’esprit revendicatif qui conduit, par exemple, à une opposition stérile entre patronat et syndicat. Depuis quelques années, au sein de la société civile, on entend souvent dire qu’il faudrait séparer le travail du salaire. Pour y parvenir, il est nécessaire de pouvoir d’abord traiter chacun de ces deux domaines par des approches différentes.

14ème rencontre - La monnaie de contribution

03.07.2021
DE QUOI PARLERONS-NOUS ? #don #monnaie #économienonmarchande #nonmarchand #argent Les ravages de l’économie financière ont été bien décrits par nombre d’économistes et sociologues. À l’opposé, les bienfaits de l’économie non-marchande sont loin d’avoir été reconnus à leur juste mesure. Certains vont jusqu’à nier cette partie de l’économie jusqu’au point où ils pensent qu’elle devrait être intégrée à l’économie marchande. C’est ainsi que les courants néo-libéraux considèrent que l’éducation, la santé, l’art, la culture en général, mais aussi la police et la prison devraient être marchandisés, c’est-à-dire soumis aux lois du marché. Ceux qui s’opposent à cette tendance, les sociaux-démocrates n’ont pourtant pas saisi l’essence même de cette économie non-marchande. Ils veulent lui faire une place, dans la mesure du possible, au sein du champ social, mais à partir d’une conception inappropriée du rôle de l’État, conçu comme le redistributeur, tant que le budget le permet. Au cours de la 14ème Rencontre Civilienne, nous tenterons de donner à l’économie non-marchande ses véritables fondements et nous verrons qu’elle peut devenir LE facteur d’équilibre et de santé de l’économie marchande. Autrement dit, elle se révèlera comme l’antipoison à l’économie financière. De là naitra une toute nouvelle conception de l’impôt et du contribuable, lequel jouera un rôle clé dans la répartition de la Monnaie de Contribution. C’est avec cette troisième qualité de la monnaie que la civilianité donnera sa pleine mesure et permettra une démocratie effective. QUELQUES POINTS CLÉS ABORDÉS LORS DE CETTE RENCONTRE : 0:03:04 – Les 3 qualités de la monnaie 0:03:29 - La monnaie de paiement octroyée sans intérêts est hors bilan des banques et entièrement « comptabilité » : la sécurité est totale. 0:07:11 - La monnaie de prêt via des instituts de financement d’intérêt public = totale indépendance par rapport aux marchés financiers, aux capitaux spéculatifs et au pouvoir politique. Cette monnaie est octroyée sans intérêts. 0:11:11 - L’égalité fondamentale de l’économie : Production = Consommation 0:13:38 - Un cas particulier : les surproductions dans le secteur agricole 0:17:16 - L’égalité entre production et consommation : un équilibre dynamique - L’image du funambule 0:19:11 - Ce qui est enseigné dans les universités ne fonctionne pas. Penser en dehors de la boîte. 0:21:11 - L’économie non marchande est méconnue ! 0:21:55 - Secteur primaire, secondaire et tertiaire 0:27:04 - Services marchands et services non marchands 0:28:00 - Le rôle exécutif de l’État devient extrêmement limité. 0:30:44 - Gestion de l’économie non marchande par la société civile et la financer par la monnaie de contribution = ne plus passer par l’État, la mairie, les régions… Le revenu des médecins, enseignants, artistes, chercheurs… 0:34:52 - Une tendance actuelle : marchandiser le non marchand 0:39:07 – Ne PAS CONFONDRE approche civilienne et approche néolibérale. L’opposition stérile entre libéraux et socio-démocrates, ultra-gauche et ultra-droite. Ni l’un ni l’autre. 0:44:14 - Comment atteindre l’équilibre entre économie marchande et non marchande ? 0:46:59 – Concevoir clairement l’économie non marchande, sinon elle sera phagocytée par l’économie marchande (exemple : l’américanisation de l’école) 0:51:42 - Les spécificités de l’économie non marchande 0:51:49 – (1) Pas de prix unitaire 0:53:25 - Amener à une circulation monétaire équilibrée en économie marchande et non marchande 0:56:02 – (2) La courbe de vie des marchandises (courte ou longue). Pas de limite pour les valeurs culturelles 1:00:03 - Il y a inversion de la courbe de vie avec les produits de l’économie non marchande, s’il s’agit de vraies valeurs culturelles. Elle continue à grandir ! 1:04:22 - Penser le concept d’une chose = un germe, un potentiel pour l’avenir ; consommer une marchandise = une destruction 1:08:04 - L’économie marchande scie la branche sur laquelle elle est assise si elle «marchandise» l’économie non marchande. La destruction de la créativité. 1:08:51 - L’économie marchande a besoin d'être régénérée en permanence… par l’économie non marchande. Lien avec la MONNAIE de CONTRIBUTION (qui est argent public) 1:14:05 – Mieux financer l’économie non marchande, c’est... 1:17:52 – D’où va venir l’argent pour financer l’économie non marchande ? Découverte d’une idée clé 1:21:15 - Une TOUTE AUTRE notion que celle de l’impôt 1:23:44 - Le bénéfice des entreprises comme une des sources principales de la monnaie de contribution 1:28:42 - Le financement de l’économie non marchande par le vieillissement de la monnaie 1:35:54 - Les fonds de monnaie de contribution 1:38:02 - Pourquoi une monnaie de contribution gérée par les civiliens plutôt que par l’État ? 1:42:45 - Le citoyen va commencer à réfléchir par lui-même 1:43:54 - Une évolution qui se fera étape par étape 1:44:45 - Questions - Réponses 1:46:18 - Le bénévolat : fausse réponse 1:53:29 - Clôture

13ème rencontre - La monnaie de prêt ET les Instituts de financement - Partie 2

14.05.2021
DE QUOI PARLERONS-NOUS ? #monnaie #banques #capitalisme #finance #argent Lors de la Rencontre Civilienne 12, nous avons posé les bases de ce que devrait être la monnaie de prêt, si l’on veut qu’elle soutienne le développement d’une économie saine. Dans cette perspective, le prêt revêtirait d’autant plus d’importance qu’il serait devenu le moyen de financement des entreprises et qu’alors il remplacerait les apports des actionnaires. Il est donc la pierre angulaire de la transformation du capitalisme classique et, à terme, de sa disparition. Nous avons vu que le prêt est une forme d’anticipation de l’activité d’une entreprise. Si, la Monnaie de Paiement est un reflet comptable de ce qu’achète et vend une entreprise, la Monnaie de Prêt devance ces opérations. La comptabilité le reflète également. Ce qu’elle reflète, c’est le potentiel de réussite d’un projet. En ce sens, elle marque la confiance dans l’avenir. Elle n’est donc pas une création « ex nihilo », mais une réalité comptable basée sur ce qui va se réaliser. Alors se posent plusieurs questions : - Comment fonctionneraient les Instituts de Financement qui seraient chargés de la Monnaie de Prêt ? - Quelle serait la relation entre prêteur et emprunteur ? - Comment les particuliers pourraient-ils participer au financement d’un projet ? - Comment situer les Institut de Financement par rapport à une économie de concertation entre producteurs, distributeurs et consommateurs ? - Quelles dispositions pourraient être prises pour la gestion du risque de défaut de remboursement du prêt ? - Le financement des Instituts de Financement, en tant que service public de la monnaie ? Le but de cette treizième Rencontre Civilienne est d’imaginer comment la société civile pourrait prendre la main sur la Monnaie de Prêt pour la mettre au service de l’économie réelle. C’est seulement en développant une méthodologie conforme à la monnaie elle-même que nous pourrons y parvenir. L’enjeu est de taille, car le prêt sous sa forme actuelle est ce qui permet au capitalisme du désastre d’empêcher toute transformation en profondeur qui répondrait aux nécessités d’une économie et d’une vie sociale saine. Il y a un verrou à faire sauter. Aux civiliens d’imaginer comment le faire. QUELQUES POINTS CLÉS ABORDÉS LORS DE CETTE RENCONTRE : 0:03:38 – Se faire une image de d’un corps social en bonne santé, plutôt que gommer les pathologies. Dans ce but, différencier monnaie de paiement, de prêt et de contribution. 0:08:02 – La monnaie en tant qu’unité de compte - La tension fondamentale de la monnaie - Rappels 0:12:34 – L’absurdité du stockage de la monnaie 0:14:38 – Pourquoi la monnaie ne devrait-elle pas être marchandise ? L’économie actuelle fonctionne très bien, non ? 0:18:30 – Un cadenas qui bloque toute évolution du système économique : « d'accord faites vos réformes économiques… Si vous les faites alors les capitaux quitteront votre pays et vous n’aurez plus de quoi emprunter. Votre économie sera sur les genoux ». Nous sommes actuellement pieds et mains liés à la finance internationale. Exemples. 0:27:13 – Même dans le cadre d’une expérimentation sociale, les initiatives civiliennes seront bloquées par le cadenas de la finance internationale ! Outre l’expérimentation sociale, un deuxième outil est nécessaire (le minimum vital de la démocratie) : le droit de référendum et le droit d'initiative populaire 0:31:09 – Se rendre indépendant de la monnaie qui repose sur le passé = Ouvrir le cadenas 0:31:46 - La monnaie du passé, celle du présent et celle du futur 0:35:11 - On ne finance pas les besoins futurs avec l’épargne selon ce concept. On décourage l’épargne. Description du « passage » d’un type de monnaie à l’autre. 0:41:08 - Exemple du prêt d’un particulier à une entreprise 0:47:42 – Quid du risque d’accumulation de capitaux dans quelques mains seulement même avec ces dispositifs ? La nécessité d’agir sur les quatre banches de la croix de l’économie à la fois 0:52:43 - Quel circuit est prévu selon ce modèle pour le vieillissement de la monnaie ? 0:54:15 - Vers une vision positive, humaine de la monnaie. Notamment au sein de l’Institut de financement (IF). Les qualités humaines requises pour prendre une décision. 1:01:04 - Les cercles de concertation entre producteurs, distributeurs et consommateurs. Une nouvelle image pour conduire l’économie dans le futur. 1:06:25 - L’organisme prêteur doit réunir de multiples compétences et etre capable d’évaluer. 1:13:14 - Le financement de l’IF par l’emprunteur… 1:18:18 – …et par de l’argent public 1:19:18 - Que se passe-t-il si un prêt n’est pas remboursé ? Les IF sont assurés par des compagnies d’assurance spécialisées et toute la comptabilité des prêts est hors bilan des IF. En cas de faillite d’un IF : aucun risque de perdre l’argent prêté. 1:26:12 - Davantage de possibilités pour les entrepreneurs créatifs et compétents. 1:27:57 - L’économie ne dépendra plus des marchés financiers. Un concept révolutionnaire !

12ème rencontre - La monnaie de prêt ET les Instituts de financement - Partie 1

18.04.2021
DE QUOI PARLERONS-NOUS ? #monnaie #banques #finance #financement #prêt #argent La deuxième qualité de la monnaie, le prêt, induit une organisation différente de celle de la monnaie de paiement. Les institutions qui en découlent ne sont pas dans la même dynamique que les Instituts de Paiements dont nous avons parlé lors de la Rencontre Civilienne 11. Avant de décrire ces Instituts de Monnaie de Financement, qui auront pour mission d’attribuer les prêts, nous avons besoin de répondre à trois questions : - Quel est le rôle de l’intérêt dans une économie en bonne santé ? - Quelle est la nature du prêt et en quoi est-il nécessaire au fonctionnement sain de l’économie ? - Peut-on parler de création monétaire et si oui, à quel stade est-elle utile à l’économie ? Si nous regardons ce qui se passe aujourd’hui, nous verrons que l’actualité est sous-tendue par ces trois questions puisque les principales Banques Centrales pratiquent des intérêts négatifs ; qu’elles prêtent des milliers de milliards aux banques et aux États et que ceux-ci proviennent d’une création monétaire qui n’a jamais existé dans de telles proportions. Il est donc important de clarifier la question du prêt et d’en déduire un fonctionnement très différent de celui qui a cours aujourd’hui et qui aura pour caractéristique principale d’orienter les prêts uniquement vers l’économie réelle. Certes cela bousculera les idées que l’on se fait habituellement sur l’intérêt, l’épargne, la banque et la Banque Centrale. Mais la situation de l’économie mondiale nous montre que nous ne pouvons faire l’économie d’une re-visite de ces fondamentaux. *** QUELQUES POINTS CLÉS ABORDÉS LORS DE CETTE RENCONTRE : 0:01:51 - Les conceptions de l’argent et de la monnaie peuvent être très différentes les unes des autres ! Ces concepts ont des impacts phénoménaux. 0:04:02 - Rappel du contexte : les trois qualités de la monnaie et la croix de l’économie 0:07:26 - Lorsque la monnaie est comprise comme une comptabilité, de nouvelles possibilités apparaissent 0:08:31 - Il y a-t-il une réalité économique sous-jacente aux intérêts sur les prêts ? 0:10:11 - Qui crée la valeur ? L’emprunteur ou le prêteur ? 0:11:38 - Que représente le coût des intérêts ? Examen d’un exemple concret : un prêt immobilier 0:15:14 - Les intérêts font monter le prix des prestations et des salaires. Ils coûtent extrêmement cher à l’économie. Dans tout ce que nous achetons il y a environ 30% qui servent à payer ceux qui prêtent sans créer de valeur. 0:19:37 - Une fausse croyance : celui qui prête de l’argent ou qui apporte du capital serait soi-disant celui qui crée la valeur. 0:22:26 - Le cas des taux d’intérêt négatifs. La financiarisation atteint ses limites. 0:26:11 - Un changement de paradigme : prêter sans intérêts. On commence à accepter que l’argent perd de sa valeur. 0:29:33 - Le prêt est-il nécessaire dans l’économie ? Rappel de la tension fondamentale qui concerne la monnaie. Éviter l’accumulation de monnaie en (1) interdisant l’intérêt, en (2) décourageant l’épargne en faisant vieillir l’argent. 0:32:42 - Le prêt est une anticipation comptable que fait l’ensemble de l’économie vis-à-vis d’un projet. 0:36:08 - Les subventions versées par les États sur base… d’emprunts. Un non sens ! 0:38:50 - Le prêt : une monnaie orientée futur, différente de la monnaie d’épargne (orientée passé) et de la monnaie de paiement (orientée présent). L’image de l’écoulement d’un fleuve. 0:40:43 - Pourquoi a-t-on besoin d’un prêt ? 0:45:16 - Le prêt conçu comme un service public de la monnaie, géré par la SOCIÉTÉ CIVILE 0:49:02 - Comment des « instituts de financement » pourraient-ils financer l’économie par des prêts, sans capitaux propres ? La grosse illusion de l’argent soi-disant créé ex nihilo. L'argent qui est prêté est créé... à partir du futur 0:51:14 - Exemple chiffré d’une pseudo création ex nihilo 0:59:17 - L’argent de prêt n’existe que pour un court instant 1:04:55 - On peut tout à fait se passer de banque centrale ! 1:12:27 - L'actuel retour des États centraux forts 1:13:56 - On doit mettre autant de forces pour transformer l’État que pour l’économie. Pour ce faire, nous avons besoin d’idées nouvelles tournées vers le futur. 1:14:32 - Intermède 1:18:05 - La monnaie créée par anticipation pour un prêt ne peut concerner que l’économie RÉELLE. Par exemple : impossibilité de financer des achats d’entreprises par "effet de levier". 1:21:42 - La nécessité d’un équilibre dans la création monétaire – Comment éviter de créer de la monnaie pour des projets illusoires ? Un point à clarifier encore. 1:24:19 - L’économie est vivante et mobile comme l’eau. Impossible de tout contrôler. Il y a une part de risque malgré tout. 1:27:00 - Si l’argent était vraiment créé ex nihilo, avec quoi les emprunteurs rembourseraient-ils ? Aussi avec de l’argent ex nihilo ? À méditer. 1:28:02 - Fin de rencontre
Lire la suite......
 

Galerie de vidéos civiliennes

TempsCivilien Youtube1 pt