Dans son introduction aux œuvres scientifiques de Goethe1, Rudolf Steiner écrit :

« La physique moderne ne connaît pas la « lumière » au sens de Goethe ; et pas davantage l'« obscurité ». La théorie des couleurs, de ce fait, évolue dans un domaine que n'abordent pas du tout les déterminations conceptuelles des physiciens. La physique ignore simplement les concepts de base de la théorie des couleurs de Goethe. Et par là, elle ne peut en juger de son point de vue. Goethe commence précisément là où la physique s'arrête. »


(1) Rudolf Steiner, Goethe le Galilée de la science du vivant, Introductions aux œuvres scientifiques de Goethe, Traduit de l'allemand par Alain Barbezat, Éditions Novalis, Montesson, 2002
 


 

Le documentaire ci-dessus reprend des éléments de la théorie des couleurs de Goethe. Il s'y trouve toutefois certaines déformations et approximations. Les Internautes sont invités, s'ils le souhaitent, à communiquer par email les "corrections" à effectuer dans ce documentaire (prière, si possible, de mentionner le minutage où apparaît l'erreur à corriger). Ces "amendements" seront ensuite publiés sur le site, au bas de la vidéo.
 



Au sujet du cycle de conférences "Lumière et matière"
(1986 - Éditions anthroposophiques romandes - GA 320).

Dans ce cycle de conférences, Rudolf Steiner remet toute la conception de la lumière (et de l'obscurité) à plat. Un cours qui ouvre des perspectives immenses, et dont nous conseillons extrêmement vivement la lecture pour ne pas dire l'étude approfondie !
Voici ce qu'il en dit (4e conférence, le 26 décembre 1919) : "(...) je voudrais encore vous mentionner ceci : voyez-vous, je n'essaie pas de vous présenter ici ce que vous pouvez vous procurer facilement si vous achetez le premier livre de physique venu. Je ne veux pas non plus vous présenter ce que vous pouvez lire dans "La théorie des couleurs" de Goethe, mais quelque chose que vous ne pouvez trouver dans aucun de ces deux livres, grâce à quoi cependant vous pourrez les comprendre spirituellement. Certes nous ne sommes pas des partisans de la physique orthodoxe, mais nous ne devons pas non plus devenir des partisans de Goethe, car Goehte est mort en 1832, et nous ne professons pas un goethéanisme de 1832, mais un goethéanisme de 1919, donc un goethéanisme en évolution. (...)".


Avis de recherche : dans le cadre de l'organisation de cours et de formations à l'anthroposophie générale, je (= Stéphane Lejoly) cherche des personnes maîtrisant ce cycle de conférence de Rudolf Steiner et disposant de matériel expérimental, permettant aux participants d'observer les phénomènes décrits par Rudolf Steiner. Pour tout contact ou proposition : via le menu "à propos", ci-dessus.