Peut-on encore, de nos jours, travailler la terre sans l'épuiser et fournir aux hommes une nourriture qui stimule leurs forces ? Dès les années qui suivirent la Première Guerre mondiale, des agriculteurs et des scientifiques demandèrent à Steiner s'il pouvait les aider à mieux comprendre la terre, les plantes et les animaux et les conseiller dans leur partiques de culture. Steiner accepta et, du 7 au 16 juin 1924, il vint faire une série de conférences, dont certaines furent suivies d'échanges.
 

Devant un public principalement composé d'agriculteurs, il posa les fondements d'une façon nouvelle de retrouver un lien avec la terre et de la travailler. Cette agriculture, bientôt appelée "bio-dynamique", veut redonner des forces de vie à une terre qui, à cette époque déjà, commençait à être soumise à la recherche exclusive du rendement, de la quantité et de la rentabilité au détriment de la qualité.


Ci-dessous nous publions deux vidéos de Pierre Masson. Pierre Masson est l'un des conseillers en biodynamie les plus reconnu en France à l'heure actuelle. Il nous explique ci-dessous quelques tenants et  aboutissants de l'agriculture biodynamique, notamment le respect des rythmes lunaires et astraux appliqués à cette agriculture. Il aborde aussi le cours aux agriculteurs de Rudolf Steiner, vu sous l'angle d'une salutogenèse.
 


Pierre Masson, les rythmes lunaires en biodynamie - Vidéo (5:29)


Une citation très intéressante issue de cette vidéo (vers 2:20) : « Pour moi, le fait d’avoir fait de l’agriculture biodynamique une agriculture lunaire, c’est un peu dramatique quoi… même si cet astre est le plus proche de nous et qu’il joue un rôle au travers des forces de l’eau en particulier, il y a bien d’autres positions, et le cosmos c’est vraiment un univers extrêmement complexe. Il n’y a jamais deux situation identiques et donc il faut employer ça, mais l'employer avec une certaine prudence ».


 

Pierre Masson - Le Cours aux agriculteurs, un cours de salutogénèse - Vidéo (1:07:48)

Conférence de Pierre Masson, présentée en février 2015 en Anjou, au congrès de viticulture biodynamique de Fontevraud.


Cette conférence présente les pratiques biodynamiques de base en viticulture, des observations sur le développement des sols et le comportement de la vigne ainsi que des résultats de recherche paysanne ou vigneronne. Elle propose aussi une réflexion sur l'avenir de la viticulture et de la planète.

Le diaporma de Pierre Masson présenté lors de cette conférence peut être téléchargé ici : http://www.biodynamie-services.fr/documentation/le_cours_aux_agriculteurs_un_cours_de_salutogenese-63.php
 


Note de la rédaction :
Bon à savoir :
Si l’approche biodynamique de la vigne contribue à la fois à prendre soin de la terre, de la plante et de l’animal ainsi qu’à l’amélioration de la qualité des produits de la vigne que consomment les êtres humains, qui ne pourrait que s’en réjouir ?

Pour contribuer à compléter le tableau d’ensemble issu des recherches de Rudolf Steiner, dont l'agriculture biodynamique, il est nécessaire aussi de prendre en considération ce qu’il exprime au sujet du rôle et de la place de l’alcool, en particulier du vin, dans l’évolution de l’humanité. La page suivante en langue anglaise tirée du blog http://888spiritualscience.blogspot.be reprend un ensemble de citations de Rudolf Steiner au sujet de l'alcool et du vin.

Le vin notamment a joué un rôle important dans l’histoire passée de l’humanité, en vue de séparer l’être humain de tout ce qui est spirituel, ce qui était une nécessité pour assurer son individualisation et donc son évolution. Par ailleurs, celui qui prend du vin ne peut rien connaître du Manas, du Buddhi, de l’Atma et ne peut parvenir au spirituel. Le chemin de développement complet de l’humanité est celui d’une descente et d’une ascension.

À noter, et ceci n’a rien à avoir directement avec les vidéos ci-dessus : ce blog en langue anglaise (http://888spiritualscience.blogspot.be) fait toutefois aussi l'apologie des pensées de Valentin Tomberg et de Robert Powell, deux auteurs qui s'avèrent poser question au plus haut point (voir "Le cas Tomberg") (nous ne développerons pas ce point de vue ici)... Comme quoi on peut trouver sur des sites Internet ou dans la littérature des documents qui (parfois de bonne foi) à la fois se réfèrent à la pensée de Rudolf Steiner et à la fois aux pensées les plus opposées, le tout mélangé sur un même site ou parfois sur une même page, en prétendant ou en croyant qu'il s'agit de contenu essentiellement de même nature. De telles confusions et amalgames grossiers, fréquents, aussi bien chez des détracteurs que chez des promoteurs de l'oeuvre de Steiner, sont, dans le meilleur des cas, le résultat d'un manque d'étude sérieuse de l'anthroposophie et d'une incompréhension d'aspects essentiels de la science de l'esprit de Rudolf Steiner. Dans le pire des cas... elles sont consciemment voulues (voir notamment le livre cité plus haut).