Soi-esprit.info

Site dédié à la Science de l'Esprit de Rudolf Steiner

Questionnements, essais et considérations portant sur divers aspects liés à la science de l'esprit (science initiatique moderne) de Rudolf Steiner
Annonces d'événements (groupes de recherche, de lecture, cours, conférences…).

Citation
  • "Pour qui sait percer les choses à jour, il n'est que trop évident qu'à notre époque matérialiste la pensée matérialiste domine l'enseignement de la pathologie. Mais on fait fausse route aussi, lorsqu'on suit tel ou tel slogan ou lorsque l'on fait l'apologie de telle ou telle méthode. On fait encore fausse route, lorsque l'on se contente de critiquer ce qui provient de la science et peut être utile sous bien des rapports, bien que paré d'une théorie matérialiste, ou encore lorsque l'on prétend tout enfermer dans la notion de guérison psychique etc., tombant ainsi dans tous les travers possibles. Il faut avant tout que l'humanité actuelle perçoive clairement que l'homme est un être compliqué et que tout ce qui se rapporte à lui, participe de cette complication de son être. Lorsqu'une science part de l'idée que l'homme n'est qu'un corps physique, il lui est impossible d'intervenir de manière bénéfique dans ce qui se rapporte à l'homme sain ou malade. Car la santé et la maladie concernent l'homme tout entier et pas seulement un de ses constituants, le seul corps physique."
    Berlin, 10 novembre 1908 - GA107

    Rudolf Steiner
(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)

 

Extrait du cycle de conférences « Nature et destin de l'homme - Évolution du monde »
6ème conférence - Christiana (Oslo), 21 mai 1923
Rudolf Steiner – GA226

(…) Dans le passé, les hommes attachaient vraiment une très grande importance à ce qui se passe sur terre sous l'influence des astres. Ils ont ensuite dépassé ce stade. Songez donc: lorsqu'ici, à la Saint-Jean, il s'agit pour nos âmes de suivre l'âme de la terre qui s'exhale et s'unit aux étoiles, quand nous sommes à la Saint-Jean, aux antipodes c'est Noël. De l'autre côté, l'âme de la terre se concentre sur elle-même. Mais réfléchissez à ceci : dans ces anciennes époques guidées par l'esprit, on ignorait si bien l'existence des antipodes qu'on se représentait la terre sous la forme d'une galette, et qu'on n'aurait jamais pu imaginer le contraste avec les antipodes. Mais l'humanité progresse vraiment vers de nouveaux états de conscience. Son lien avec la terre s'est entièrement modifié dès lors que la forme sphérique de celle-ci a été connue. Maintenant, l'âme humaine sent que, tandis que dans le Nord l'âme de la terre s'élève vers les étoiles, qu'elle apparaît en quelque sorte au regard spirituel sous la forme d'une queue de comète s'étirant en direction du ciel - d'autre part l'âme de la terre se retire en elle, et c'est Noël [Ndlr : dans le Sud]. Inversement, quand ici l'âme de la terre se retire, la queue de la comète s'étend de l'autre côté dans le Cosmos - deux phénomènes concomitants. 
 
Lorsqu'il se rendit compte que la terre est ronde, l’être humain se dégagea aussi des liens qui l'unissaient au cours de l'année. Lorsqu'il vivait toujours dans la même région, ce cours de l'année était pour lui une réalité qui s'imposait. Aujourd'hui où il parcourt aisément le globe tout entier et change sans cesse de lieu, l'expérience des saisons est pour lui modifiée, ce mode de vie ne lui permet plus de vivre avec le cours de l'année. Il n'a donc plus cette compréhension profonde des fêtes - songez combien la notion que nous avons des fêtes est abstraite ! On sait par la tradition qu'à Noël on se fait des cadeaux, qu'on est heureux d'avoir des vacances. À Pâques se déroulent toutes sortes de cérémonies traditionnelles. Mais où est dans tout cela le sentiment concret du monde spirituel? 
 
Nos fêtes actuelles ne peuvent plus naître de la pleine compréhension du cours de l'année. Il faudrait que nous puissions ressentir l'aspir et le respir de la terre comme nous ressentons la faim et la soif. Non seulement l’être humain est devenu un être indépendant, mais la terre elle-même s'est émancipée de l'espace universel. Elle n'est plus aussi intimement liée à l'univers, tout au moins au point de vue de l'évolution humaine, qu'elle l'était dans le passé. Aussi l’être humain a-t-il été de plus en plus obligé de rechercher en lui-même ce qu'il ne trouve plus à l'extérieur.
 
C'est à quoi la science l'aidera. Je vais maintenant exposer brièvement à ce sujet des choses qui n'intéresseront peut-être pas tous les auditeurs, mais qui s'inscrivent dans notre contexte. (…).

 

Rudolf Steiner 

 

Ndlr : Un extrait isolé issu d'une conférence, d'un article ou d'un livre de Rudolf Steiner ne peut que donner un aperçu très incomplet des apports de la science de l'esprit d'orientation anthroposophique sur une question donnée.
De nombreux liens et points de vue requièrent encore des éclairages, soit par l'étude de toute la conférence, voire par celle de tout un cycle de conférence (ou livre) et souvent même par l'étude de plusieurs ouvrages pour se faire une image suffisamment complète !
Le présent extrait n'est dès lors communiqué qu'à titre indicatif et constitue une invitation à approfondir le sujet.
Le titre de cet extrait a été ajouté par la rédaction du site  www.soi-esprit.info  

 

Tous les articles de la catégorie Pensées anthroposophiques

 

Galerie de vidéos civiliennes

TempsCivilien Youtube1 pt